Co - construire ensemble un avenir durable pour le territoire de l'Artense




Le patrimoine : un bien commun à protéger et à transmettre


Le patrimoine : un bien commun à protéger et à transmettre
Le patrimoine qu'il soit matériel ou immatériel fait appel à l'idée d'un héritage légué par les générations qui nous ont précédés, et que nous devons transmettre intact ou augmenté aux générations futures. Cette perspective dépasse largement la simple propriété personnelle, elle relève non seulement du bien public mais aussi du bien commun.
 
Cette notion de "bien commun" fait actuellement débat. Elle mérite d'être précisée. Elle renvoie à des biens qui présentent une utilité essentielle pour une communauté humaine et dont la pérennité ne peut relever seulement de l'initiative marchande ou publique. C'est le cas par exemple de beaucoup de ressources naturelles comme les rivières, les forêts, les pâturages, les semences,  etc...dont l'existence dépend aussi des comportements humains. 

Une autre caractéristique d'un bien commun est  sa dépendance à la communauté humaine qui en fait usage. Sans son implication, celui - ci ne saurait durer dans le temps. Si personne n'acceptait de déposer ces connaissances dans Wikipédia par exemple, cette encyclopédie gratuite n'aurait jamais vu le jour et aurait rapidement périclitée. 

Malgré son apparente modernité, le partage des "biens communs" n'est pas totalement nouveau. Jusqu'à la fin du moyen âge, les paysans organisaient l'utilisation partagés  des biens naturels tels que les pâturages, les étangs, les forêts, les fours à pain, l'entretien et la rénovation des églises, etc... Les communautés définissaient des règles en fonction de deux impératifs: garantir les droits d'usage de chacun tout en évitant la surexploitation. 

Valoriser le patrimoine retient l'attention d'un nombre croissant de citoyens qui aiment leur territoire et qui s'intéressent aux monuments historiques. 

L'idée de créer HP&T est partie du besoin de restaurer un objet rare et sacré, une châsse du Moyen Age logée dans l'église St Magdeleine de la paroisse de Cros. Cette initiative s'inscrit dans le même esprit que celle qui a été initiée dans la création d'un circuit pédagogique "Energies renouvelables en Artense" qui propose une déambulation apprenante partant de la  Centrale hydraulique à Bort les Orgues en passant par la Ferme solaire à Cros pour terminer avec le Parc éolien de  St Junien Puy d'Avèze.

Elle constitue un exemple d'une démarche que nous souhaitons globalement développer sur le territoire. Au delà de son efficacité factuelle, elle offre l'occasion à ceux qui y participent de faire l'expérience d'une sociabilité nouvelle.


Lu 1339 fois



1.Posté par Carrière le 28/02/2023 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce circuit est une bonne initiative..
Notez toutefois que le patrimoine naturel est dans notre région très riche et à protéger en priorité..
Quant aux éoliennes, il faudrait faire objectivement le pour et le contre, étudier la rentabilité réelle sur le long terme au regard des risques sur la faune, les paysages, la santé,..
L'autonomie énergétique c'est aussi la sobriété et la gestion de la population en cohérence avec la capacité de production énergétique.. l'Artense et ses nombreux barrages est semble déjà fortement contributrice..

2.Posté par alexis Charlanne le 29/06/2023 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(En réponse à Carriere)

Bonjour.

En effet, vous avez parfaitement raison, la protection de notre patrimoine naturel est une priorité. C'est au juste pour cela que le développement des EnR (énergies renouvelables) est une priorité absolue, car nous devons garantir notre autonomie énergétique et limiter le réchauffement climatique car sinon celui ci détruira 75% de la biodiversité mondiale (et particulièrement en Europe).

Afin de parvenir à cette transition nous devons avoir un mix énergétique de 60 % de nucléaire et de 40% EnR d'ici 2050. Cela signifie que nous devons multiplier par dix la surface de panneaux solaires et multiplier par deux le nombre d'éolienne d'ici 2035. Afin de réussir cet objectif chaque commune doit y travailler.

En Artense nous ne pouvons pas nous reposer sur l'énergie hydraulique pour la simple raison que cette dernière ne produit "que" 10% de l'électricité en France et qu'elle a tendance à diminuer à cause des nombreuses sècheresses.

La transition écologique est un chantier d'ensemble et chacun doit s'investir à son maximum car sinon même les nombreux barrages de notre territoire ne nous rendrons pas assez resilient.

Nouveau commentaire :