Menu

Co - construire ensemble un avenir durable pour le territoire de l'Artense




Hymne en automne en Artense


Cher automne à pas feutrés, tu viens sûrement,
Toi, douce mélodie, tu inspires les poètes errants.
Ton charme mélancolique nous enveloppe ici,
Au sommet des grands arbres, la nature s'évanouit.

Feuilles d'or et de rouille dansent dans le vent,
Elles voltigent, s'envolent, tombent doucement.
Bel automne, entends-tu l’âme en lamentation ?
Elle ressent ton souffle, tel un doux  frisson

Seule, elle erre, sur les sentiers fouettés de vent,
Sentant la vie qui s'éteint, instant après instant.
Où êtes-vous, jours radieux, où avez-vous fui ?
Le soleil timide éclaire à peine la nuit.

Il tente de réchauffer nos os endoloris,
Mais la petite mort vient, tout est amoindri.
Elle éveille en nos cœurs une douleur profonde,
Annonçant le silence blanc, l'hiver qui gronde.

Goutte après goutte, le miel de la vie se tarit,
Et nous boirons la dernière  jusqu'à la lie.
Car dans le silence des branches, un secret repose,
Après l'hiver morose, la nature se recompose.

Sur les vestiges du passé, la vie refleurira,
Et de bourgeons innombrables, chaque branche se parera.
Car la sève vivifiante, en avril, coulera de nouveau,
Et l'automne,  doux poète, chantera son plus bel écho.

Fanny Fassion

Lu 91 fois